Fractionner, c'est diviser ; non ? Et bien figurez-vous qu'avant hier (et oui, hier il m'a été impossible de faire mon compte rendu du lendemain comme je m'y attelle quasi-automatiquement pour chaque rédaction d'article ici) j'ai eu comme l'impression de diviser non seulement les efforts, mais également une personne !

 

N'allez pas imaginer que je suis sorti avec ma tronçonneuse en mode "Massacre" pour découper le premier quidam à deux roues qui se serait présenté en travers de mon monotrace ; non. Mais je suis tombé mardi soir sur ce que je peux appeler "une vielle connaissance" ; toute virtuelle soit-elle.

Depuis "toujours" me semble t'il, j'échange par forums et réseaux sociaux interposés avec un certain "Jean-Luc" de Mouans-Sartoux, qui roule très régulièrement et dont on partage d'assez près une certaine philosophie de notre discipline commune : le VTT enduro.

Et comme j'en côtoie déjà un de "Jean-Luc" ; ça m'a fait tout drôle de découvrir un spécimen beaucoup plus calme. Moins exubérant, moins volubile. Mais pas beaucoup plus grand en taille. D'où cette sensation d'avoir "fractionné" le premier pour en faire deux exemplaires !

Trève de plaisanteries, alors que j'étais plutôt parti en mode "Redécouverte de La Valmasque" à petite allure ; je me suis retrouvé nez-à-nez au bout de 4 ou 5 kilomètres avec un groupe de vététistes qui m'ont rapidement accepté pour poursuivre l'aventure. Et dès les premiers mètres, "Jean-Luc" m'identifiait : "Mais c'est Bertrand !".

En personne. Je dévisageais l'individu, sans le reconnaître du tout. Forcément, nous ne nous étions jamais rencontrés physiquement ! Petit à petit, en discutant lors des portions à faible allure, il me présentait ses comparses. Des collègues de travail au niveau disparate.

 

 

Et puis c'est là que j'ai réellement commencé à fractionner mes efforts. Parmi le groupe, deux ou trois avaient un bon petit niveau et je me suis amusé à tenter de les suivre. En montée, en descente, jusqu'à ce que je me rappelle qu'il était préférable que je ne me casse pas la figure à peine remis de mon hernie discale. De toute façon, passé le dixième kilomètre, je sentais déjà mes cuisses quelque peu émoussées. Mieux valait donc finir en roue libre.

Il faut que je remercie l'ensemble de ce petit groupe fort sympathique pour m'avoir fait découvrir de nouveaux petits singles dont j'ignorais encore l'existence. L'ambiance était vraiment super cool.

Lorsque nous nous sommes séparés, j'ai demandé si certains d'entre eux avaient pour habitude de rouler après le travail ici et surtout l'hiver ; sous-entendu : "De nuit" ! Le fait est que je vais être assez présent dans les alentours (au départ du Stade de La Valmasque puisque mon fils joue pour le FC Mougins depuis septembre) jusqu'à juillet 2020 ; et ce, 4 fois par semaine.

Nul doute que j'aurai l'occasion de retrouver mes compagnons ; ou d'autres ! Tant qu'il y a la joie de partager la même passion, je suis partant.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1103