De l'auto dans la tête, du vélo dans les jambes

Par ces températures toujours assez exceptionnelles sur la Côte d'Azur, il est de bon ton de prendre de l'altitude pour aller chercher un peu de fraîcheur. Seulement voilà, en partant de mon domicile à vélo à chaque fois, je suis bien obligé de gravir souvent les mêmes pentes ; même si je m'éloigne toujours un peu plus ces derniers temps vers des sommets inexplorés ; profitant d'un peu plus de libertés au niveau de mon planning familial.

Mais ce dimanche, j'ai souhaité changer d'air et retrouver quelques cols jadis gravis sans en avoir la trace aujourd'hui. Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans.... Vous connaissez la suite.

 

Le Col de Braus est l'un de ces monuments où le Tour de France est déjà passé et où je souhaitais revenir. Le Col de Turini également. Quand Fred G., un ami avec qui j'ai beaucoup roulé (il y a deux ans déjà) a proposé une sortie sur Strava de ce côté là du département, je me suis dit qu'en y allant en repérage je pourrais répondre favorablement à son invitation.

J'avais réglé mon réveil à 6h30, espérant partir de chez moi vers 7h00 et commencer à pédaler vers 7h30 afin d'éviter de trop fortes chaleurs. Mais c'était sans compter sur un cycle supplémentaire de sommeil qui me faisait sortir du lit à 8h00 ! Heureusement, c'était une nouvelle aventure en solo qui était prévue.

 

 

J'ai donc, pour une fois, pris mon véhicule pour le stationner à la gare SNCF de Cantaron au Nord de Nice et commencé à pédaler en direction de l'Escarène en franchissant un premier petit col : le Col de Nice. Ensuite les pentes se sont accentuées, mais j'avais hâte de monter les huit célèbres épingles situées juste sous le col. Elles ont été le décor naturel de nombreux spots publicitaires automobiles. Puis je me suis arrêté une première fois au sommet pour boire un soda.

Une bonne quinzaine de minutes plus tard, je roulais en direction du Col de L'Ablé et du Col de l'Orme. Une petite route isolée où le rendement pour les cyclistes n'est pas exceptionnel, mais j'y ai surtout de grands et beaux souvenirs pour y avoir posé des pneus slicks du temps où j'étais copilote de rallye. Je me hissais ensuite jusqu'à la Route de L'Authion au niveau du Col de Cabanette pour prendre la direction de Peira-Cava puis du Col de Turini.

 

 

J'atteignais le point culminant de ma sortie avec les crocs. Malheureusement, à 12h20, pas moyen de trouver un bon pan-bagna ici ! Un restaurant est fermé, l'autre ne sert plus en terrasse (et qui surveille mon vélo ?), le dernier n'offre que du civet de sanglier aux cèpes ou équivalent. Pas vraiment diététique pour remonter ensuite sur le vélo. J'ai donc avalé une compote pour me caler quelques minutes de plus et enfilé tout de suite mon coupe-vent pour me laisser glisser vers Lantosque et la vallée de la Vésubie.

Même si je me rappelais plutôt bien des virages (j'aurais du reprendre mes notes de rallye pour l'occasion !), je suis descendu tranquillement afin de me laisser du temps supplémentaire de récupération. Il faut dire que je craignais un peu la suite du parcours pour ne jamais y avoir pédalé.

En traversant La Bollène, je guettais un snack ou un troquet susceptible de me préparer un bon sandwich. Tout était fermé. Pas un chat dans les rues. La Bollène ; village fantôme le dimanche ! Je n'allais tout de même pas remonter jusqu'à Roquebilière ! Je décidais de poursuivre mon itinéraire initial car de gros nuages menaçants commençaient à poindre. Au carrefour de la M2565 et de la D173, je bifurquais en direction de Loda. Mais je réalisais qu'ensuite avant de pouvoir avaler un truc un peu consistant il me faudrait attendre Coaraze. Mon estomac a immédiatement mis son véto et je lui obéissais sur le champ en opérant un demi-tour pour rejoindre le village de Lantosque juste de l'autre côté de la Vésubie. J'y trouvais un petit restaurant sans prétentions et y ingurgitais un steak tartare à défaut de plat de pâtes.

Une heure plus tard, alors que le ciel continuait de s'obscurcir, je revenais sur le chemin de Loda et du Col de Porte. L'inconnu en vélo m'attendait. Il n'y avait sur le papier que 12 kilomètres d'ascension, et j'ai eu tout le loisir de constater qu'une toute petite Citroën AX Sport du groupe N, une fois lancée ; est capable d'avaler de belles pentes à grande vitesse ! Moi, j'étais plutôt scotché au bitume. J'étais même contraint de m'arrêter vers le 7ème kilomètre afin de soulager les crampes d'estomac que l'oignon et les frites bien grasses avait provoqué dans mes entrailles. Il me fallait aussi gérer mon eau. Son niveau dans ma gourde baissait relativement rapidement et j'hésitais à m'asperger la nuque pour me rafraîchir sous un soleil de plomb aux alentours des 14h00. J'étais plutôt soulagé de franchir ce satané col. Il ne me restait plus qu'à descendre jusqu'au Col Saint Roch et virer vers Coaraze. Mon topo me signalait deux belles montées, mais courtes. J'étais remonté à bloc pour les avaler.

La descente dans l'Engarvin et sa fontaine de jouvence m'avait permis de reprendre du poil de la bête et même vraisemblablement de retrouver un second souffle. Conscient que le plus dur était fait et satisfait d'être parvenu à boucler la boucle, je m'offrais même une petite bière en terrasse à Coaraze.

 

 

Il ne me restait plus qu'à glisser jusqu'à La Pointe de Conte et retourner au parking de la Gare de Cantaron pour boucler ce nouveau Granfondo. Et à en croire mes statistiques sur Strava, je n'ai jamais été aussi rapide sur cette portion roulante. Et avec le vent de face, s'il vous plait !

;)

 

 

 

* Pour ceux qui liront cet article jusqu'au bout, je compte remettre une sortie quasi-identique sur le tapis pour le samedi 25 aout. Au programme, montée par le train à Breil-Sur-Roya, puis ascension du Col de Brouis, du Col de Turini et re-descente par la Route de l'Authion, Peira-Cava, L'Engarvin, Coaraze, Contes, Nice. L'itinéraire complet est ici : https://www.strava.com/routes/15056290. Il nous faudrait prendre le train des Merveilles à 7h36, infos ici. Tarif 9€, vélo inclus. Réservations sur www.oui.scnf.

Kiképartant ?

;) 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/979