Comme prévu, j'étais hier après-midi de retour sur les greens ; en l'occurrence, ceux du "Claux-Amic". Un de mes parcours préférés, si ce n'est mon préféré. Un greenfee de 18 trous même si je n'ai découvert que les 9 premiers à ce jour ; situé au-dessus de Grasse, en direction de Cabris. Un golf vallonné au milieu des chênes... et des chevreuils !

 

 

J'y retrouvais seulement mon ami Matthieu. Pour la saison estivale, mon frère et Lilian ne seront pas disponibles et nous avons également convenu de ne pas jouer obligatoirement à quatre à chaque fois afin de rester dans l'esprit de la pratique du golf, plutôt que celui que nous connaissons quand nous nous retrouvons tous ensemble : la déconnade.

Forcément, quand on ne fait plus de practice et uniquement un parcours entre amis une fois par mois, impossible de faire des miracles. J'aligne les triples et les quadruples bogeys quand ce ne sont pas 10 coups ou plus qui me sont nécessaire pour plonger la balle dans son trou. Il n'y a guère que sur le trou numéro 6 où par chance après un coup de fer 8 manqué au plot de départ qui me laisse à l'entrée du green, mon second coup d'approche au sand wedge arrive à 50cm du drapeau après 20 bon mètres de roulage. Je manque encore le premier put et donc le par pour conclure sur un bogey.

 

 

Mais je n'ai pas perdu mon sang froid comme souvent lorsque nous sommes quatre. C'est l'avantage. Dans le rythme de la partie en essayant de rester concentré malgré tout, il est possible de faire de jolis coups. Et j'en ai fait. Notamment mes drives que j'ai enfin réussi à envoyer dans la direction voulue en lieu et place d'un slice trop prononcé. Ceci grâce à une petite astuce trouvée sur le web via des cours en vidéo. Certes, sur la fin de partie, je suis un peu retombé dans mes travers, mais à regarder les images au ralenti que m'a transmis Matthieu, il s'avère que ma main droite tourne un peu trop vers l'extérieur, et que ma main gauche elle ne tient pas tout à fait fermement mon grip. La faute à cette tendinopathie, même si je me suis enfilé un anti-inflammatoire avant la partie.

Je me suis tellement appliqué à rester concentré que je n'ai pas du tout suivi le score de Matthieu. Inutile de me comparer à lui, il est bien meilleur que moi et je me régale d'ailleurs aussi à le regarder jouer. Il paraît si facile, même si moi aussi j'y trouve des défauts ! Regarde, Matthieu comme ton poids reste aussi beaucoup sur ta jambe droite. Comme tu regardes rapidement la direction dans laquelle ta balle se dirige en lieu et place de rester fixé sur le point d'impact de ton club. Et quelle manque de puissance, même si sur quelques clichés ci-dessous on te voit avec les stigmates de la crispation au niveau du cou.

Et j'adore l'effet "artistique" de celle-ci, comme un effet "fantôme"...

 

 

Quand à mon swing d'empoté, si vous en voulez un petit aperçu c'est ci-dessous :

 

 

Vous en conviendrez, les nombreux chevreuils aperçu tout au long du parcours restent bien plus beaux à voir ! Quand à la bière fraîche de fin de partie, elle est toujours aussi savoureuse !

 

 

En principe, avant de rejouer une nouvelle partie avec amis et/ou famille, je pense que je vais prendre des cours. J'ai comme l'impression qu'après-demain, pour mes 49 printemps ; une carte de visite d'un prof de golf se cachera sous le papier cadeau...

;) 

 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/914