Vous l'aurez peut-être déjà remarqué ; j'ai classé ce nouveau billet dans la catégorie "Tout-Terrain" et non dans la rubrique "En famille" et je vais rapidement vous expliquer pourquoi...

Pour terminer l'année 2018 avec une dernière sortie sympa, j'ai posté avant-hier sur mes réseaux sociaux mon intention d'aller rouler ce dimanche matin en VTT avec mes enfants, en sous-entendant donc qu'il s'agirait d'une sortie "familiale" à un rythme "tranquille" où tous les niveaux de pratique du tout-terrain seraient les bienvenus. Une sorte de dernière communion réunion des différents groupes créés ici et là pour essayer de fédérer dans la joie et la bonne humeur les sportifs de ma région.

Cette invitation est restée sans réponse, exceptée celle de mon ami "Jean-Luc" qui avait ; semble t'il ; déjà quelque chose de prévu à son programme dominical.

Finalement, mon fils cadet s'abstenait de venir avec la fratrie et sans contrainte horaire, nous quittions la maison avec 15 bonnes minutes de retard sur le timing initial. Mais qui nous attendait ? Personne.

Direction le bois du Sinodon, où nous effectuions quelques boucles diverses et variées, histoire de voir que les vélos des enfants n'avaient pas de soucis mécaniques particuliers, mais aussi pour juger de leur forme physique car s'ils jouent assidûment au foot toute l'année, le vélo c'est plutôt rare. Et à l'issue de la première descente, nous tombions nez-à-nez avec un vététiste penché sur son vélo retourné, la roue arrière démontée, en train de pomper frénétiquement. À n'en pas douter cet homme là venait de crever.

Je lance d'abord un "bonjour" avant de m'approcher, et de m'apercevoir qu'il ne s'agit que de mon pote "David" ! Un des tous premiers vététistes avec lequel j'ai eu le plaisir de découvrir les alentours de mon village en 2009 ! Quelle surprise !

Bref, sa crevaison réparée, David se joignait à nous trois et nous décidions de terminer notre sortie ainsi puisque initialement il était au rendez-vous de départ sans m'en avoir avisé sur Facebook. Pas malin ça.

Au fil de nos boucles successives dans le Sinodon puis le bois de Biot, nous croisions de nombreux vététistes du dimanche et autres coureurs à pieds et marcheurs. Mais dès que je le pouvais, je ne manquais pas de reluquer jalousement le superbe VTT de David. Un superbe Canyon haut-de-gamme à faire baver. Mais j'oubliais vite ma frustration de ne pas être équipé de la sorte en voyant mes deux ados se débrouiller plutôt bien avec des VTT bien plus basiques. Si Titouan roule sur un vélo récent de la marque d'un grand magasin de sport, il n'en pèse pas moins que la moitié du poids de son pilote ! Quand à Eliott il m'a carrément bluffé avec un Trek ; certes ; mais de 1998 ! Équipé de transmissions de route, type cyclotourisme à triple plateau, mais avec des rapports pas du tout adaptés au VTT. Un cadre hyper-court et un cintre étroit comme on en faisait d'antan afin de gagner en maniabilité, vu que la vitesse n'était pas la même et que les questions de stabilité n'étaient pas à l'ordre du jour... À le voir suivre avec autant de facilité le groupe que nous formions, j'en avais presque des remords de ne pas l'avoir davantage poussé vers la pratique du VTT. Mais je l'ai aussi toujours laissé faire ce qu'il souhaitait ; c'est ma philosophie. Elle ne donne que très rarement des résultats (j'entends "des champions"), mais elle a le mérite de laisser toute liberté à l'enfant. Il y a bien d'autres choses plus sérieuses que l'on doit leur imposer que le choix d'une activité physique.

 

 

Voilà pourquoi devant tant de progrès et d'abnégation à faire mieux que suivre le rythme imposé par le groupe, j'estime aujourd'hui que mes deux grands enfants font largement plus que de la simple randonnée familiale en VTT, mais peuvent au contraire se féliciter d'être devenu de vrais pratiquants. Je me rends compte ; moi l'ex-éducateur ; que les quelques années passées à leur avoir répété les techniques de cette disciplines ne sont pas restées lettres mortes ; bien au contraire. Ils les connaissent désormais bien et les appliquent avec les outils qui sont les leurs ; les nôtres pourrais-je dire !

Désormais, lorsque je ferai une sortie VTT avec mes deux ados, elle figurera dans la catégorie éponyme ; même si ça reste une sortie "En famille". Une famille dont je suis fier.

 

(Et ce n'est pas David qui me contredira. Je le remercie d'ailleurs pour son gentil commentaire sur Facebook.)

 

 

 

Relive 'La der de 2018 avec mes fils aînés ; mais pas qu'eux...'

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1033