Courtois, bien éduqué et bien élevé ; il me semble que cela colle bien à mon personnage. À la ville, comme sur un vélo ; même s'il m'arrive parfois de perdre mon stoïcisme devant  la bêtise humaine ou un imprévu. Et hier, en compagnie de "La Grande Rousse"  qui semble vouloir faire son retour sur le bitume, je peux dire que c'était une gentleman pour gentleman ; même si ça n'a pas duré bien longtemps...

 

J'avais pourtant posté sur les réseaux sociaux cette nouvelle séance (seconde pour moi cette semaine) de vélodrome prévue hier soir à 18h00 sur l'anneau de Cannes-La-Bocca. Seules "Mumu" & "La Grande Rousse" entraient en contact avec moi sur le sujet et au final, seule la seconde acceptait mon rendez-vous.

Alors que notre duo se préparait à entrer dans l'arène, nous ne pouvions que constater que l'alerte orange de la météo était loin d'éclater. La gentleman pour un gentleman pouvait débuter.

Un premier tour avec une petite pause pour remplir une demi-gourde d'eau. Un second où nous roulons plutôt côte-à-côte en discutant, puis un troisième où déjà "La Grande Rousse" qui roule devant moi s'inquiète de ce que je nommerai "un petit cliquetis typique d'un dérailleur arrière légèrement déréglé". Je jette un rapide coup d'oeil sous les lumières du stromboscope (chères à Thierry Hazard) animés par les gros projecteurs halogènes du "Complexe Chevalier". Je ne remarque rien d'alarmant, tout en confirmant le bruit.

Quatrième, puis cinquième tour ; la cadence de pédalage s'accélère alors que je suis toujours dans la roue de "Rebelle" ; même s'il me semble qu'elle n'envoie pas encore du pâté. Au sixième tour je passe à la corde et prends mon premier relais sans trop appuyer. Je ne me sens pas encore chaud. Septième et huitième tour, j'accélère progressivement en espérant que ma partenaire me suce toujours la roue (z'avez eu peur là ; hein ?). À l'entame du neuvième tour, je remarque qu'elle est à une dizaine de mètres derrière moi. Je me relève, me décale à l'extérieur de l'anneau comme l'exige la bonne conduite de ces lieux, et en profite pour enlever mon coupe-vent en relâchant mon guidon.

Quand elle arrive à ma hauteur, "La Grande Rousse" m'informe qu'elle veut s'arrêter pour vérifier son vélo. Le bruit s'est intensifié et elle a peur que cela ne provienne d'un problème plus grave. De fait, lorsqu'elle descend de son vélo et que je le saisis, je ne peux que constater que son boyau arrière est à plat. Le petit "cliquetis" que l'on pouvait entendre alors qu'il lui restait certainement encore de la pression ne provenait que de sa longue valve qui touchait le bitume à travers le boyau à chaque tour de roue ! Je me prends à espérer une crevaison lente et commence à sortir puis actionner sa pompe de ©Playmobil quand elle me lance :

J'ai une bombe anti-crevaison !

J'attrape le récipient sous pression, le secoue énergiquement quelques secondes et l'emmanche sur la tête de valve quand soudain un rideau de mousse blanche est projeté sur les verres de mes lunettes et une bonne partie de mon visage !

 

 

Ah si vous aviez vu la gueule du gentleman recouverte de produit blanc collant ...façon "cumshot" !

Mais je n'ai pas trop rigolé, trop pressé de vite nettoyer mes lunettes avant que la colle ne puisse plus y être retirée. Et puis j'ai rapidement pris conscience aussi que la gentleman allait prendre fin ici même à l'entame du 10ème tour. J'ai eu beau tenter de remonter l'embout désormais cassé de la bombe anti-crevaison, à chaque fois que je le replaçais sur la valve, le liquide s'échappait de tous côtés et je prenais garde de ne plus en être la cible.

Après quelques minutes, estimant qu'il y avait malgré tout peut-être assez de produit anti-crevaison dans le boyau, je reprenais la mini-pompe pour essayer de faire correctement la pression et atteindre les 8 bars. Je ne devais pas être loin de les atteindre quand j'entendis soudain un craquement sec : la base de la valve venait de casser et cette dernière restait désormais plantée dans l'embout de la pompe !

Impossible de vous dire si ce sont les nombreux chocs occasionnés en roulant quasiment à plat ou si ce sont mes coups de pompes répétitifs qui ont causé les dégâts, mais cela n'a rien changé au fait que "La Grande Rousse" est retourné à mon véhicule à pieds et a sagement et patiemment attendu que mon fils termine son entraînement de foot sur le stade juste sous nos yeux.

De mon côté, je continuais à tourner en solo sur l'anneau en jetant un petit coup d'oeil à ma partenaire, les yeux rivés sur son smartphone. Je ne pouvais alors m'enlever de l'esprit que c'était quand même bien dommage pour une reprise en duo que cette séance se termine de la sorte.

Promis "Rebelle", on remet ça la semaine prochaine ! Sans que tu tentes à nouveau de me faire "le coup de la panne" ; OK ?

 ;) 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1018