Allez pas vous vexer mes amis, mais un petit tour en solo, ça faisait quand même un petit bout de temps que ça m'était pas arrivé ; et celui-ci je l'ai apprécié. Vrai, je n'ai pas pu me libérer de mes obligations familiales dimanche matin ; que Christophe m'en excuse. Vrai aussi : je ne peux toujours pas pratiquer le VTT en raison de cette tendinite récalcitrante que je soignerai quand ma moitié sera remise totalement sur pieds ; sinon ça risque de faire un peu trop d'éclopés à la maison. Voilà pourquoi j'ai du aussi refuser l'invitation de Jean-Luc cette semaine. Mais ce matin, j'ai pris mon pied !

J'étais réveillé à 6h00 malgré une petite soirée entre amis la veille et un couché à minuit et demi. Tranquillou et à jeun, j'ai pris la direction de la montagne pour y trouver un peu de fraîcheur et d'isolement. Une heure et vingt cinq minutes plus tard, j'étais à 1100m d'altitude au Col de l'Êcre et heureux de ne pas avoir crevé ; de longues portions de route ont été gravillonnée récemment et les bas côtés n'ont pas encore été balayé. Je traversais ensuite le plateau de Caussols pour plonger du côté de la montagne de Thiey et bifurquer à droite pour remonter aux sources du Loup.

 

 

Alors que je rejoignais un groupe de cinq cyclotouristes, je constatais que mes jambes semblaient bien répondre malgré le manque d'heures de sommeil. Au lieu de plonger directement vers le village de Gréolières, je tournais à gauche en direction d'Andon puis Caille. Le groupe que j'avais dépassé roulait moi vite que moi, mais comme je m'arrêtais fréquemment pour prendre des photos dans les villages, ces derniers m'ont vite rejoint. J'ai donc rouler en leur compagnie quelques kilomètres jusqu'au carrefour avec la D2. Ces Messieurs se rendaient en Lozère en 4 jours ; leurs Dames étaient en charges de la logistiques en voiture.

 

 

Il ne me restait plus qu'à dépasser le village de Thorenc et ses bisons, puis la station de Gréolières-Les-Neiges et de me laisser glisser dans le toboggan vers les gorges du Loup. Si ce n'est que mes jambes répondaient toujours bien à ma plus grande surprise. Si bien qu'en arrivant au rond point sous le village, j'optais pour une remontée vers Cipière. Et puisque je n'avais toujours pas le moindre signe de crampe, de déshydratation ou de fringale, je remontais pour la seconde fois à Gourdon avant de redescendre sur Roquefort et retrouver les miens.

Si les jambes étaient tout de même un peu fatiguées à l'arrivée, je me pose encore la question de savoir si j'aurais été capable d'enchainer avec le Col de Vence en lieu et place des ascensions vers Cipière et Gourdon. Bref vous l'avez compris, ce sera pour ma prochaine tentative.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/965