La petite contracture du lundi oubliée, je fuyais à nouveau les bruits d'engins dans mon jardin pour reprendre le chemin des montagnes du haut-pays Grassois. La météo semblait vouloir faire partie de mon projet de randonnée cool avec pour seul objectif de rouler, admirer les paysages, me sentir libre, sans impératif d'heure de retour. Bref une  vraie sortie plaisir...

Mais à bien y réfléchir, je quittais la maison un peu trop tard peut-être. 11h00 en plein mois d'août, c'est risqué. Ce sont les heures les plus chaudes de la journée et il n'est pas rare qu'un orage éclate sur les sommets environnants en fin d'après-midi. Je partais quand même avec la gourde bien pleine et l'intention de la remplir dès que j'entendrais ruisseler la moindre goutte d'eau.

 

 

A midi passé, j'arrivais sur Saint-Cézaire-Sur-Siagne après être passé par Grasse. J'y faisais plus que remplir ma gourde, je m'attablais pour une bruschetta au centre du village. Puis je repartais repu en direction de Saint-Vallier, dernière occasion de remplir ma gourde avant de monter le Col du Ferrier et rejoindre Caussol. Sauf que je m'éclatais tellement sur mon vélo que je décidais de poursuivre sur Gréolière.

C'est à un bon kilomètre de l'entrée de ce village que le titre de cet article m'est venu. Au sortir d'un virage, j'aperçois un monsieur rondouillard d'une soixantaine d'années, habillé d'une chemise à rayures et d'un pantalon à pinces blanc crème, en train de scruter méticuleusement le bas côté de la route. A chacun de ses pas et sans jamais quitter les herbes folles, il se signait du signe de la croix avec une telle vitesse d'exécution qu'on aurait dit qu'il avait peur d'être surpris dans son manège...

Quand je le dépassais, au virage suivant je trouvais son véhicule garé, plaque d'immatriculation des Pays-Bas. Si quelqu'un peut m'éclairer sur la nature de son comportement, je suis preneur.

 

 

Après une petite mousse, je me laissais glisser jusqu'à vallon Rouge pour remonter sur Roquefort par le vallon de La Miaine. Malgré un plaisir toujours intact à pédaler, je ne faisais pas l'effort de tourner en rond dans mon village pour effectuer les 10 derniers kilomètres qui m'auraient permis de boucler un "Granfondo".

 

 

Prochaine fois ; si Dieu le veut !

 ;) 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/675