Oui, je vous imagine déjà l'air perplexe devant le titre de mon billet : "Mais qu'est-ce qu'il est allé nous chercher encore comme truc alambiqué ?". Sachez d'abord que ce n'est pas moi qui est déniché cet intitulé, mais mon coach de golf Mathias. Alors qu'il me semblait batailler sec contre moi-même pour parvenir au geste parfait, je marquais une pause pour lui demander des précisions et me corriger encore plus...

 

 

J'ai souffert hier. Mathias m'a fait travailler sur mon "toucher de balle" ; je n'avais pas encore eu d'explications précises sur ce qu'il est nécessaire de faire pour que la balle décolle à la bonne hauteur et dans la bonne direction. Certes, il y a avant tout les 5 fondamentaux : alignement, posture, grip, balle, stabilité ; mais à défaut d'avoir complètement acquis l'ensemble de ces points, il nous faut bien avancer dans les cours. J'ai donc pris connaissance de la façon dont la balle doit être frappée.

Pour les fers, le mouvement de la tête de club doit être descendant jusqu'à quelques centimètres après la balle. Le coach m'a même spécifié qu'il est préférable de toucher le sol (donc de laisser une trace dans l'herbe lorsque vous êtes sur le parcours) sans pour autant faire ce que l'on appelle dans le jargon : "une escalope". Cette marque ne doit pas mesurer plus de 10 cm du point où se trouvait la balle en direction du drapeau.

Pour les bois et le drive, le mouvement est ascendant et ne doit pas toucher le sol. Si cela semble aisé avec le drive puisque la balle est toujours rehaussée par un tee ; avec les bois, c'est plus compliqué. Personnellement, pour l'instant j'ai obtempéré aux conseils de mon coach et renoncé à les utiliser.

Figurez-vous que frapper correctement la balle n'est pas si aisé, y compris quand les fondamentaux sont complètement acquis. Certes, vous aurez toutes les chances de mieux y parvenir avec, mais ce qui fait qu'une balle est correctement percutée, c'est aussi la fluidité du geste, la régularité du swing, le bon tempo dans le balancement du poids vers la cible et le relâchement dans la fin de la rotation du bassin. Bref, un paquet de paramètres qu'il est impossible de mettre bout-à-bout au moment précis de leur exécution, mais qui doivent cependant s'enchaîner le plus naturellement possible. Pour y parvenir : répéter les entraînements au practice et si possible, se faire corriger par un pro quand il est impossible de trouver par soi-même la solution aux ratés.

J'ai donc tenté pendant au moins 40 minutes de démontrer à Mathias que je pouvais y parvenir. Sans succès malgré mes nombreux questionnements que je ne manquais pas de lui transmettre de vive voix. À un moment, je lui demande si c'est à cause de mon problème de genou gauche et de l'appréhension légitime dont je fais preuve quand je dois mettre un peu plus de mon poids sur cette jambe, que ma balle n'est pas correctement tapée ? Ce à quoi il me répond du tac-ô-tac ; accompagné d'un sourire moqueur :

Pas que de là !

...Enfoiré ! ;) 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/997