Retour sur une période mouvementée dont ceux qui l'ont vécu se souviendront. Un peu comme les générations qui ont connu un conflit mondial, même si l'on est encore loin de pouvoir comparer nos souffrances à celle de ceux qui ont porté les armes. Mais il ne faut pas se leurrer, seul l'ennemi est différent.

Depuis des mois, une grande partie de la population mondiale est contrainte à se plier à différentes mesures de protection sanitaire, dont le confinement. En France, il a débuté le 17 Mars 2020 et prend fin aujourd'hui. Raison de ce nouveau billet qui va vous résumer succinctement en quoi notre quotidien a changé depuis cette partie de golf en compagnie de Matthieu...

 

Le COVID-19 , je ne l'ai pas vraiment vu venir. Comme souvent, j'ai cru que ce mauvais virus allait se cantonner à l'Asie et que ses ressortissants allaient comme d'habitude, gérer la crise avec efficacité et discipline. Mais ça n'a pas été le cas. L'épidémie est devenue pandémie. Et nous les occidentaux, avons découvert que nous n'étions pas du tout préparés à ce genre de soucis. Au niveau médical, social et économique.

Du jour au lendemain les français ont découvert la privation de liberté par le confinement à domicile, sauf dérogations. Beaucoup en ont souffert et en souffriront peut-être encore quelques mois, touché psychologiquement dans leur chair.

Personnellement, j'ai continué de travailler, et dans mon secteur d'activité, pas de télétravail possible. Mais toutes les autres activités se sont arrêtées ; notamment la gestion la plus chronophage des transports vers les écoles et les  terrains de football.

Du jour au lendemain, je me suis retrouvé avec un temps libre énorme, et l'impossibilité de sortir pour pédaler, marcher, golfer, etc... Alors oui, comme tous, je me suis mis à bricoler et à faire des tas de trucs laissés en plan, mais ne nécessitant pas d'achat de matériel ; puisque les magasins non alimentaires étaient fermés. Je pense qu'il m'a fallu une bonne dizaine de jours pour m'habituer à ce nouveau rythme de vie, ce nouveau style de vie.

Et puis j'ai ressorti mon home-trainer comme la majorité des cyclistes.

 

Et puis comme la majorité des confinés ; privé de liens sociaux, je me suis mis à la vision-conférence avec les amis. Avec Benoit tout d'abord, sans vraiment me rappeler sur quel coup de tête ont en a décidé ainsi. Puis Christophe et Jean-Luc sont venus nous rejoindre, quasiment au quotidien à 18h00. Le concept de "visio-apéro" s'envenimait sur les réseaux-sociaux ; celui du vision-vélo naissait.

De temps en temps, dérogation de sortie en poche, et 1 km de rayon d'amplitude autour du domicile ; j'ai pris plaisir à accompagner mes enfants alors qu'ils s'essayaient chacun avec leur propre motivation et leur propre niveau, de s'adonner à la course à pied, au VTT et la marche.

Pour parfaire le diversification des activités physiques, je me suis remis à la musculation. Ciblée toujours. Mon but n'est pas de ressembler à Sébastien Chabal, mais de renforcer ma ceinture abdominale et par la même occasion prendre un peu de pectoraux. Une discipline facile à pratiquer en famille également.

La plus surprenante des activités qu'il m'est été donné de tester est la boxe. Mon aîné ayant souhaité s'équiper d'un sac de frappe pour se défouler quand il prend une rouste à FIFA20, j'ai aussi chaussé les gants à deux ou trois reprises pour constater que tourner autour d'un polochon rempli de sable pour y déverser ses nerfs en trouvant la bonne distance (sous peine de se fracasser les poignets) n'est pas si facile que cela puisse paraître. C'est même un excellent exercice cardio !

Mais quasiment tous les jours, je suis monté sur mon home-trainer, face à mon téléphone pour discuter ou bien me motiver sur des exercices spécifiques avec mes potes. Jusqu'au jour où "Zwift" est venu dans la conversation. J'avais entendu parlé de ce logiciel (ou "jeu vidéo" si vous préférez) qui n'est rien d'autre qu'un simulateur de cyclisme qui fonctionne sur un home-trainer connecté au Web ou à défaut sur un système classique mais avec l'installation de capteurs de cadence, puissance, vitesse et cardio. Le système est plus ou moins fidèle à la réalité selon votre installation, mais ça permet de trouver une nouvelle motivation pour rester le cul sur la selle sans voir le moindre paysage nouveau défiler.

Pour ma part, tellement emballé par le mode entraînement, que j'ai souscrit à l'abonnement et que je pense m'y adonner dès que le temps me manquera à nouveau. "Quand ?" c'est une autre question à laquelle bien peu de personnes peuvent répondre aujourd'hui ; y compris les meilleurs spécialistes. En attendant, j'ai perdu 4 kilos.

 

Mon Zwift.

 

Difficile de vous résumer toutes mes activités sur la durée de ce confinement de 55 jours, mais voici un petit récapitulatif de mes dernières activités publiées sur Strava. Si vous y farfouiller un peu, vous pourrez découvrir quelques belles perles et des photos insolites ! 

 

Et j'espère bien reprendre le cyclisme là où il doit se pratiquer, c'est à dire sur la route ou dans les sentiers. Pas "le plus vite possible" car je sais que demain j'enfourcherai mon VTT en fin d'après-midi ; mais plutôt : "le plus longtemps possible" parce que malheureusement je crains que cette fin de confinement ne soit prématurée.

Espérons que l'avenir me donne tord.

 

  

 

À très vite pour une sortie vélo ou une partie de golf mes amis !

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1142