Depuis lundi et l'échec de ma tentative de Granfondo, mais 75 bornes et 1350m de D+ dans les gambettes tout de même ; je ne me suis pas senti de pédaler à nouveau. J'aurais pu jeudi, mais j'ai préférer défier mon frère au golf. Ce week-end était aussi dédié aux terrains verts de sports d'équipe : samedi après-midi (en sortant du boulot) sur Mougins, dimanche à midi sur Antibes ; et dimanche fin de journée sur France2 pour le crunch !

 

Mais j'avais des fourmis dans les jambes. Je me suis même abstenu de boire une binouze pendant que les petits bleus foutaient une branlée aux rosbeefs. Mais dès le coup de sifflet final, je me suis vite équipé et je suis parti alors que la nuit tombait.

Laissant mes enfants seuls gérer leurs devoirs et les préparatifs pour le retour à l'école le lendemain (Douche obligatoire à 19h ! Poke Jean-Luc), je prenais la direction de Camp Tracier pour une heure de VTT, ou plus. Juste histoire de savoir si j'avais complètement récupéré de mon lundi à puiser dans mes dernières ressources.

Premier constat, je suis toujours en délicatesse avec ma manette de déclenchement de ma tige de selle. J'ai cassé le collier en plastique et les deux rizlans que j'y ai posé à la place ne tiennent pas très bien. Du coup, lorsque je pousse ma manette pour baisser ma selle, elle tourne un peu sur le cintre et le poussoir ne peut pas revenir à sa position initiale car il touche la volumineuse manette de dérailleur Deore. Mon tube de selle reste donc débrayé et monte et descend au gré de mes flexions de jambes. C'est assez déstabilisant de sentir un truc qui va et vient entre vos cuisses ; si vous voyez ce que je veux dire.

Bref, dès la première descente, j'ai du bidouiller. Il est temps que les pièces de rechange arrivent.

Et puis ; alors qu'il faisait désormais nuit noire ; je me suis dirigé plein nord pour faire la boucle habituelle. Sauf qu'au début de la descente vers la piste du Castellas, j'aperçois un sentier à gauche où Jean-Luc avait hésité à bifurquer il y a de cela quelques semaines lors de ma reprise en VTT. Un itinéraire inconnu pour moi, mais qui me semblait ce jour là plutôt bien entretenu. J'y rentre en baissant ma selle et une marge de sécurité.

Après 100m de terrain relativement roulant, une ornière se forme au milieu du single et de plus en plus de roches apparaissent. De plus en plus grosses, de plus en plus acérées et de plus en plus glissantes. Je pose pied-à-terre pour franchir une première marche. Lors de la relance, je ne dois pas prendre la bonne trajectoire et me retrouve sur une nouvelle difficulté. Je me rends compte que je n'ai pas assez de vitesse pour pouvoir décoder ce que mon éclairage m'envoie comme informations, du coup je regarde où poser ma roue avant, mais il y fait noir. J'insiste encore quelques mètres en posant les pieds partout, puis finalement je décide de passer ce mauvais passage à pieds à côté du VTT. Continuer c'est aller au tapis dans ces conditions et je suis seul, sans même personne pour venir me chercher puisque ma moitié est absente du domicile.

100m plus loin, j'abdique. À mon avis, le sentier continue de se dégrader jusqu'à la piste des Castellas qu'il semble rejoindre (à la lecture de la carte) et je n'y aurais pas pris de plaisir. Je n'en ai d'ailleurs pas pris. Y compris pour le remonter en poussage. Oui "poussage". J'étais si essoufflé et les avant-bras si tétanisés que je ne me sentais même pas de porter mon VTT.

J'ai repris l'itinéraire que je connaissais, mais trop fatigué pour faire la descente habituelle vers les Castellas, je rejoignais Camp Tracier par le sentier à plat. J'y ajoutais une boucle jusqu'au terrain de cross pour enfants, revenais sur la dite piste et terminais par une dernière boucle en face la piste de Debram.

Allez savoir si j'étais fatigué de mon week-end ou fatigué de ma sortie de lundi, mais je m'y suis perdu ! C'est vrai on est jamais totalement perdu dans ce coin que je connais par coeur quand il fait jour ; mais en tout cas je m'y suis complètement "désorienté". Obligé de sortir ma carte IGN 1/25000ème  et de suivre ma direction GPS en main pour retrouver le bon sentier ! J'étais fou.

Mais quel sentiment étrange aussi. Désabusé, de retour sur Debram, je suis rentré par la route en me méfiant des automobilistes qui remontaient de La Colle Sur Loup après avoir déjeuné en famille et avalé un "ch'ti digestif avec Tonton Marcel" avant de prendre le volant.

Il faut que je m'achète un éclairage arrière aussi.

Une sortie pas vraiment ludique, mais qui a eu le mérite de me faire prendre conscience de mon état de récupération après avoir frisé l'hypoglycémie quelques jours auparavant.

 

Pas de photo pour la peine ;) 

 

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

URL de rétrolien : http://www.acturoc.fr/2029ouplus/index.php?trackback/1134