jeudi 22 mars 2018

De la subjectivité du danger

Finalement ça a du bon de bosser l'après-midi. Je me mets moins la pression sur toutes les tâches du quotidien en me disant que j'ai la journée pour m'y mettre ; alors qu'en bossant le matin, j'estime qu'il ne me reste que l'après-midi pour boucler mon agenda et je m'autorise moins un bon de sortie. J'suis con, hein ?

Lire la suite...